Skip to content
Cajou Lovers - engagés

ENGAGÉS

Alors que la sécheresse impacte 40 % des surfaces cultivables, il est devenu essentiel de savoir si sa propre consommation de lait (végétal ou non) contribue à la raréfaction de l’eau potable.

Cajou Lovers fait le point.

Les laits

Une étude sur le sujet a été menée par Poore, J. & T. Nemecek (2018) et les résultats sont édifiants. Jugez plutôt :

En résumé, si un lait de vache nécessite 628 litres d’eau, c’est encore 371 litres d’eau pour un seul litre de lait d’amande ! Qui l’eût cru ? Quant au soja, s’il y apparait comme le lait le plus « économe » en eau (c’est tout de même 28 litres…), il pose d’autres problèmes à l’environnement, comme celui, très préoccupant, de la déforestation des forêts tropicales d’Amérique du sud.

Et qu’en est-il du cajou ?

Excellente question ! Et la réponse l’est tout autant 😃

98 % des plantations du cajou ne sont tout simplement pas irriguées du tout.

Ce sont en effet 0.21 Mt de noix de cajou qui sont produites sous irrigation selon l’étude 2019 de Mekonnen :

  • 5 % des noix de cajou produites (sur un total de 3.96 Mt selon FAO 2019) l’ont été dans des plantations irriguées, nous sommes là bien loin des statistiques de l’amande (29%), de la noisette (24%) ou de la pistache (35%).
  • Autrement dit, cela représente approximativement 160 000 ha de surfaces irriguées sur les 7.1 Mha de plantations (FAO 2019), c’est à dire que 2 % seulement des plantations de cajou sont irriguées.

Et le Water footprint du cajou ?

Là encore, très bonne question car cet indice, traduit littéralement par empreinte en eau et évalué à 14 218 m3 d’eau par tonne de cajou, est très mal compris et il est à l’origine de multiples confusions (voire de fake news). Explications !

D’abord, ce chiffrage provient de l’étude 2011 de Mekonnen.

Ces 14 218 m3/t sont, à 90%, composés de Green water (12 853 m3). Ce Green water traduit l’évaporation (du sol) et la transpiration potentielle du champ de cajou s’il avait un accès illimité à l’eau. Cet indicateur est utilisé pour évaluer théoriquement si la culture a lieu sur un terrain propice ou non :

  • Plus le score est bas, plus le terrain est favorable : moins l’eau s’y évapore, moins la plantation transpire et moins il y a un besoin théorique d’irrigation.
  • Plus le score est haut, moins le terrain est favorable : plus l’eau s’y évapore, plus la plantation transpire et plus il y a un besoin théorique d’irrigation.

Autrement dit, le score élevé de cet indicateur confirme ce que l’on dit : la culture du cajou s’exerce sur des terrains pauvres, semi-arides et sablonneux, souvent impropres à d’autres cultures…

(Il n’est d’ailleurs qu’à jeter un œil à la photo ci-contre d’une plantation de cajou typique du Nordeste brésilien, pour en avoir aussitôt la confirmation.)

Par contre, l’indice Water Footprint ne traduit pas le fait que la culture du cajou est justement adaptée à ce mauvais terrain (en témoigne le très faible pourcentage de cultures irriguées en réalité). C’est la limite de cet indicateur !

Pour en terminer l’analyse (allons jusqu’au bout), les 10 % restants de l’indice sont composés principalement de blue water (irrigation). Ce chiffrage a malheureusement été modélisé sur une base générique (type « other annual crop  » ) qui n’est pas spécifique au cajou. Dans l’étude Mekonnen, il y est modélisé comme une culture irriguée dans la même proportion que les autres cultures irriguées des zones géographiques étudiées. Cela a pour effet de grandement surestimer ce score : normalement, nous aurions dû avoir un score approchant 0 ! (Mais bon, on pardonne cette approximation car elle demeure faible par rapport au Green water qui constitue l’essentiel de l’indice).

En conclusion, les 2 études de Mekonnen démontrent conjointement que la culture du cajou s’exerce bien sur des sols pauvres et arides, et ne nécessite globalement pas d’irrigation.

(Pile ce qu’on savait déjà, mais c’est bien d’avoir des travaux universitaires qui le confirment noir sur blanc 😉 Le lait de cajou se distingue donc par son écoresponsabilité, c’est réellement bon pour la planète ! A bon entendeur Cajou Lovers !)

Sign Up and Start Learning